Cybèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cybèle

Message  Montaléchel le Ven 29 Mai 2015 - 7:16

Cybèle (en grec ancien Κυϐέλη / Kybélê signifiant « gardienne des savoirs ») est une divinité antérieure à la culture grecque. D'origine phrygienne (connue également sous le nom d’Agdistis en Phrygie), elle fut importée en Grèce puis à Rome. Elle personnifie la nature sauvage et la force qui en émane. Elle est présentée comme « Magna Mater », Grande Déesse, Déesse Mère ou encore Mère des dieux. Cybèle est sans doute l'une des plus grandes déesses de l'Antiquité et était honorée dans tout le Proche-Orient.

Dans la mythologie grecque, on la surnomme également Damia, comme nous l'indique At Wikipedia.

C'est surtout une déesse mère ; elle procède donc à l'engendrement, et représentera pour l'étudiant en Alchimie la fertilité, la force qu'a la Nature originelle à produire, générer, engendrer.

La légende phrygienne rapporte que Cybèle est issue du père des Dieux, mais est abandonnée à la naissance et recueillie par un léopard ou un GoTo lion. Celui-ci éveillera la déesse aux mystères qui lui permettront de rédiger ses récits sibyllins (notons la proximité phonétique entre Cybèle et Sibylle, la prophétesse, prêtresse d'Apollon).

Cybèle n'est donc nullement une figure mineure ! Fille directe de la divinité principale, elle est la représentante de la force léonine qui engendre et ouvre la voie à la connaissance transtemporelle. Peut-être devrions-nous ici ouvertement parler d'initiation ? Les étudiants en Alchimie apprécieront.

La légende grecque nous dit que Cybèle dispose des clés de la terre donnant accès à toutes les richesses, et que son trône est gardé par deux fauves du nom d'Atalante et d'Hippomène, héros grecs punis pour avoir copulé dans son temple. Nous nous retrouvons donc avec deux lions qui renvoient assez directement au lion vert et au lion rouge chers aux pratiquants en Alchimie, mais de plus, notons qu'Atalante et Hippomène sont les deux protagonistes de la légende des pommes d'or du jardin des Hespérides, légende qui sert de fil conducteur à Michael Maïer dans son œuvre GoTo Atalante fugitive.

Au fil du temps, de fille du dieu principal elle fut progressivement assimilée à la déesse mère elle-même. Ce n'est rien moins que Mère Nature et tout ce qu'elle prodigue qui sont symbolisés par ce personnage.

Le nom de Cybèle dériverait de Kubélè, nom donné à la pierre noire cubique (bétyle) qui serait tombée du ciel, honorée à At Pessinonte, en Galatie (Turquie), sur le mont Dyndimon. Les prêtres qui officiaient en ce lieux étaient dénommés "les Galles".
.
Attention Notons que les Galates de cette région à cette époque sont des Celtes rescapés d'une grande expédition militaire (vers -280), et que, étymologiquement, Galatie, Gaule, Galles sont des mots parents.
.
Attention A Pessinonte se trouve aussi le tombeau d'Attis, une autre divinité d'origine phrygienne qui fut à la fois fils et amant de Cybèle ; il est généralement représenté portant le GoTo bonnet phrygien.
.
Attention Une "pierre noire tombée du ciel" ne doit pas être nécessairement interprétée comme étant une météorite ; il y a lieu de distinguer trois éléments qui interpellent un aspirant alchimiste : la pierre, la couleur noire, la provenance céleste.
avatar
Montaléchel

Messages : 33
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Cybèle

Message  Nelly Foulcat le Dim 31 Mai 2015 - 12:08

Fulcanelli évoque Cybèle lorsqu'il nous parle "d'agriculture céleste". L'extrait ci-dessous devrait bien entendu être replacé dans son contexte pour comprendre pleinement l'ensemble des propos de l'Adepte, mais cette seule citation est néanmoins pertinente et riche en concordances possibles :
Fulcanelli a écrit: Nous avons dit plus haut qu’une pierre de Die, représentant Isis, la désignait comme étant la mère des dieux. La même épithète s’appliquait à Rhéa ou Cybèle. Les deux divinités se révèlent aussi proches parentes, et nous aurions tendance à ne les considérer qu’en tant qu’expressions différentes d’un seul et même principe. M. Charles Vincens confirme cette opinion par la description qu’il donne d’un bas-relief figurant Cybèle, que l’on a vu, durant des siècles, à l’extérieur de l’église paroissiale de Pennes (Bouches-du-Rhône), avec son inscription : Matri Deum. « Ce curieux morceau, nous dit-il, a disparu vers 1610 seulement, mais il est gravé dans le Recueil de Grosson (p. 20). » Analogie hermétique singulière : Cybèle était adorée à Pessinonte, en Phrygie, sous la forme d’une pierre noire que l’on disait être tombée du ciel. Phidias représente la déesse assise sur un trône entre deux lions, ayant sur la tête une couronne murale de laquelle descend un voile. Parfois, on la figure tenant une clef et paraissant écarter son voile. Isis, Cérès, Cybèle, trois têtes sous le même voile.
Le Mystère des Cathédrales, Chapitre 8
Ce passage reprend bien quelques indices non négligeables, tels que le lien avec la Phrygie, Pessinonte, la pierre noire tombée du ciel, le trône encadré par deux lions. A ceci, Fulcanelli ajoute une relation étroite entre Cybèle, Isis, et Cérès, nous incitant à les identifier comme un même symbole représenté sous d'autres noms selon les contextes culturels et cultuels.

Cybèle produisant l'énergie vitale fructifiante, il revient alors à l'apprenti alchimiste de se comporter en jardinier pour prendre la suite dans ce processus d'agriculture céleste.
avatar
Nelly Foulcat

Messages : 18
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Cybèle et Madrid

Message  Henri Schersch le Dim 31 Mai 2015 - 16:34

La dévotion envers Cybèle est-elle limitée à l'Antiquité ? Pas sûr...
Pour le moins, cette figure ancestrale inspire encore les poètes et les artistes.
Preuve en est cette fontaine monumentale érigée en 1782 dans la capitale espagnole, Madrid, au centre de la At Plaza de Cibeles. Elle représente Cybèle sur un char tracté par les deux lions et est orientée en direction de la Puerta del Sol (Porte du Soleil, tout un programme à connotation initiatique !).


Parmi les nombreuses autres statues qui ornent la ville, celle-ci n'est pas anodine puisqu'elle est devenue l'unique symbole de la ville, et même celui des supporters du Real Madrid ! C'est dire combien Cybèle, déesse de la fécondité, de la terre et de l'agriculture, est intimement liée à l'image identitaire de Madrid. Madrid, dont le nom dérive de l'appellation romaine initiale (IVème siècle), Mater Dei, en hommage à Junon, sœur et épouse de Jupiter, reine des dieux du panthéon latin, ayant donc un statut assez similaire à celui de Cybèle chez les Grecs. Le nom de la ville fut ensuite christianisé en Madre de Dios, évoquant Marie, mère de Dieu, soit à nouveau un rôle similaire à celui de Cybèle dans le panthéon chrétien. Le nom actuel dérive de cette appellation (par contraction et déformation linguistique).
avatar
Henri Schersch

Messages : 38
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Cybèle

Message  Montaléchel le Jeu 3 Sep 2015 - 14:50

Si Cybèle est une figure de la mythologie grecque dont on pourrait se demander ce qu'elle vient faire ici, il n'en reste pas moins vrai qu'elle nous ramène assez directement à l'Alchimie par l'entremise d'un bas-relief sculpté sur le grand porche de la cathédrale Notre-Dame, à Paris. Il s'agit de la figure qui me sert d'avatar, communément appelée "Cybèle alchimique".


.
Cybèle alchimique

Fulcanelli reproduit cette image dans GoTo Le Mystère des Cathédrales, non pas en évoquant Cybèle à son sujet, mais en l'appelant tout simplement "L'Alchimie".

Dans la main gauche de ce personnage féminin : un sceptre. Indication de sa royauté, de sa souveraineté. On ne peut qu'établir un rapprochement avec la lame majeure du Tarot portant le numéro.3, l'Impératrice, elle aussi assise de face, tenant un sceptre en sa main gauche, et des informations dans sa main droite. Dans le Tarot, c'est un blason.; à Notre-Dame de Paris, c'est une paire de livres, l'un ouvert et très visible (destiné à tout un chacun, et représentant donc l'enseignement exotérique), l'autre fermé et discrètement placé derrière le premier, réservé aux seuls initiés à la connaissance ésotérique.

Là où l'Impératrice du Tarot est directement reliée au ciel (entendez : à la céleste source d'inspiration et d'intuition) grâce à sa couronne, la Dame du bas-relief à sa tête plongée dans "les eaux d'en haut". L'idée est similaire.

Devant la Cybèle alchimique monte une échelle à neuf barreaux qui symbolisent les étapes à grimper pour la réalisation de l'Opus alchimique. Cette échelle est dénommée scola philosophorum (école des philosophes) et évoque la patience indispensable aux alchimistes tout au long des opérations successives du labeur hermétique. L'échelle est aussi offerte aux humains pour accéder aux cieux.
Attention Notez le jeu de mot latin (ou piège ?).: scola signifie école, tandis qu'échelle se dit scala. Langue des Oiseaux

Comme dit en introduction du présent chapitre, Cybèle est donc bien la "Gardienne des savoirs". Qui pourra accéder au contenu du livre caché.?
avatar
Montaléchel

Messages : 33
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cybèle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum