Alchimiste (Peter James)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alchimiste (Peter James)

Message  Montaléchel le Mer 1 Fév 2017 - 12:24

Mais quel rapport ce livre peut-il bien avoir avec l'Alchimie.? Strictement aucun.! C'est le constat sans appel qui s'imposa à moi une fois la dernière page tournée. Attiré par son titre, séduit par le prix dérisoire de cette édition de poche trouvée en seconde main, j'avais naïvement pensé que ce thriller allait pouvoir alimenter utilement notre liste de ressources bibliographiques. C'était une erreur, et je l'avoue sans détours.

Non pas que ce thriller soit mauvais, bien loin de là.!
Seulement voilà, son rapport à l'Alchimie est strictement égal à zéro, et son titre est trompeur.
Toutefois, tant qu'à évoquer ce roman, fut-ce pour vous éviter la même méprise, autant vous informer un peu plus à son propos, car j'ai néanmoins pris grand plaisir à lire ces 900.pages haletantes.

Son héroïne est "Monty", diminutif affectueux du prénom Montana, la jeune et jolie anglaise, trentenaire, à la fois fille et assistante du Dr..Bannerman, brillant généticien nobélisé doté d'une éthique inflexible le faisant rejeter toute idée de brevet sur ces découvertes relatives au génome humain. Pas de brevets.= pas de revenus. Endetté et sous-équipé, le vieux laboratoire Bannerman n'a d'autre choix que d'accepter l'offre de rachat (incluant le personnel) proposée par la richissime multinationale Bendix Schere dont le produit phare traitant avec succès la stérilité (Maternox) a fait la réputation. Concomitamment à l'installation des chercheurs de Bannerman dans le gigantesque complexe ultra sécurisé de la Bendix, un jeune et brillant avocat d'affaires américain, Conor Molloy, y est aussi recruté avec pour mission de tenter de faire breveter à tout prix les découvertes de Bannerman. On s'en doute, les contacts entre l'anti-brevets Bannerman et l'avocat spécialisé ne seront pas cordiaux, alors que Monty n'est pas insensible aux charmes de l'américain.

Mais Conor Molloy semble cacher un passé trouble. On découvre peu à peu que celui-ci, alors enfant, a été témoin du meurtre de son propre père, défenestré par une mystérieuse explosion survenue dans un immeuble de la Bendix aux USA. Parallèlement à cela, le roman développe une autre intrigue.: celle du jeune Daniel Judd, enfant brimé et torturé par des parents endoctrinés, adeptes d'une secte chrétienne intégriste. L'adolescent développe logiquement une haine envers ses parents et leur religion sordide, au point de se tourner vers le satanisme et la magie noire, gravissant peu à peu les échelons initiatiques d'une fraternité maléfique occulte.

Sans vous dévoiler ici l'épilogue de cet imbroglio de destins entrecroisés afin de ne pas vous priver de la passionnante lecture de ce thriller, je me contenterai de vous indiquer que la Bendix Schere cache de sombres secrets dans ses étages souterrains, et que le célèbre Maternox sert aussi de véhicule génique expérimental à des projets de mainmise globale sur la santé humaine, dans un but évidemment lucratif.

Quant à l'Alchimie, comme dit plus haut, elle n'est en rien mêlée à cette aventure. Tout au plus est-elle évoquée par un mot de passe informatique donnant accès à des fichiers hautement confidentiels, et dans ce petit extrait de dialogue qui pourrait justifier le titre du bouquin.:
. .– L'industrie pharmaceutique a un tel potentiel pour faire le bien, mademoiselle Bannerman, mais la plupart du temps, ce qui l'intéresse, c'est le summum, en matière d'alchimie.: transformer la mort en or.
Ceci suffit à nous laisser penser que l'auteur n'a pas une opinion particulièrement favorable envers l'Alchimie. Notre sentiment est confirmé par l'extrait suivant. Intriguée par une succession de décès "naturels" invraisemblables, Monty Bannerman est à la British Library, section occultisme, consultant divers ouvrages à la recherche d'informations sur la magie.:
Elle survola tout un éventail de sorts et d'armes magiques, feuilleta les chapitres «.Meurtres rituels.», «.Sang et sacrifice.», «.La Cabale.» et «.Alchimie et alchimistes.».
. .C'est sur cette dernière page qu'elle commença sa lecture.: «.Pour les alchimistes, le monde n'est pas complètement séparé de son Créateur, puisqu'il possède une “âme vivante”, l'“Anima Mundi”, qui est liée à Lui “de la même façon qu'une femme est liée à un homme”. Cet “Esprit du monde” est un reliquat de l'ancienne notion de la déesse mère et du culte d'Isis en Égypte.»
. .Monty fronça les sourcils. L'alchimie… Était-il possible que le directeur exécutif d'un géant de l'industrie pharmaceutique s'adonne à la pratique de l'alchimie.?
. .Sur la page d'un chapitre intitulé «.Le diable incarné.», une photo en noir et blanc attira son regard. C'était celle d'un horrible masque représentant une tête de bouc, avec ses cornes torsadées et sa barbe flottante, qui coiffait une silhouette humaine vêtue d'une longue robe blanche.
Peut-on être plus clair.? Peter James confond allègrement Alchimie et magie satanique. Il est regrettable que de talentueux auteurs à succès propagent de telles conceptions tordues et ineptes au sujet de la Science divine.
avatar
Montaléchel

Messages : 33
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum