L'Alchimie dans l'art de la vente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Alchimie dans l'art de la vente

Message  Henri Schersch le Lun 28 Sep 2015 - 9:37

L'Alchimie fait fantasmer depuis des siècles. Dans une société culturellement imprégnée d'une perpétuelle quête de profit matériel, l'image populairement véhiculée par l'Alchimie a évidemment été récupérée par les commerciaux. Cette image évoque notamment.:
.le travail ardu, difficile, méticuleux et de longue haleine.;
.le mystère, le secret.;
.la réussite à caractère miraculeux, quasi magique, fruit de ce labeur.;
.le délicat équilibre entre contraintes multiples, voire antagonistes.;
.la maîtrise d'un savoir-faire accessible exclusivement à une élite.

Nous avons trouvé quelques publicités commerciales, des logos de sociétés, des produits ou des concepts qui utilisent comme argument de vente cette imagerie populaire traditionnellement associée à l'Alchimie. Bien entendu, il ne s'agit ici en aucune façon d'authentique Alchimie, mais de "vulgaire" exploitation mercantile des sentiments que ce mot évoque. Un exemple parmi les plus flagrants est la couverture du livre ci-contre...
avatar
Henri Schersch

Messages : 38
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'Alchimie en parfumerie

Message  Henri Schersch le Lun 28 Sep 2015 - 9:53

Le secteur de la parfumerie est peut-être celui qui présente le plus de similitudes avec l'image que l'on colporte au sujet de l'Alchimie. Ainsi, tout qui a eu l'occasion de visiter une fabrique de parfums, par exemple à Grasse dans l'arrière-pays niçois, a dû voir œuvrer l'artiste qu'on appelle le "nez". Le nez, c'est le chercheur chargé de découvrir de nouvelles fragrances, de les marier subtilement entre elles pour créer des senteurs inédites susceptibles d'exalter l'imaginaire de ceux qui porteront ce parfum. Le nez travaille dans un laboratoire qui lui est personnel et réservé, tout comme un Alchimiste à la différence qu'il a à sa disposition des centaines de petits flacons étiquetés contenant des essences florales, boisées, marines, terreuses, des extraits d'agrumes ou de racines parfois exotiques ou rares.


.
Laboratoire d'un nez

Ce métier exige des connaissances en chimie car il ne suffit pas d'harmoniser des parfums dans l'air du laboratoire. Encore faut-il faire cohabiter ces molécules dans un même flacon, et les y faire demeurer plusieurs mois sans que cette combinaison se dégrade ou vire. Tout l'art consiste à fixer ces éléments volatils, sans que les fixateurs, les diluants ou les alcools n'altèrent l'expression des fragrances. C'est là qu'interviennent le talent et l'expérience, bien plus que la technique chimique. Certaines firmes synthétisent de nouveaux parfums au moyen d'ordinateurs pour trouver ce qui pourrait commercialement marcher le mieux (faire de l'or avec de l'air).; l'idée n'est a priori pas absurde tant qu'il s'agit de dégrossir le travail, d'éliminer logiquement ce qui ne peut plaire, et proposer de nouvelles compositions plausibles, mais la véritable réussite d'un parfum dépend toujours aujourd'hui de l'appréciation d'un nez expérimenté, quel que soit l'investissement publicitaire.

Puis, le Département Marketing prend la relève et s'efforce de vendre le produit, en lui trouvant un nom évocateur, en créant un flacon aux lignes artistiques et un emballage assorti. L'image de l'Alchimie peut ainsi servir d'argument de vente en parfumerie, d'autant plus lorsqu'un texte vaguement poétique et évocateur renforce l'image du produit.


.
Alchimie, de Rochas

.
Perfume, vendu par... Hermès !

So Elixir, Yves Rocher
.

Et, bien sûr, l'Alchimie sert aussi de référence pour dénommer les magasins et leur servir d'enseigne, ou pour rehausser le prestige de la profession.

.
Boutique de parfums, Marseille
avatar
Henri Schersch

Messages : 38
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'Alchimie en informatique

Message  Henri Schersch le Lun 28 Sep 2015 - 9:54

S'il est aujourd'hui devenu aussi banal d'utiliser un ordinateur, une tablette ou un smartphone qu'allumer une lampe de chevet, il reste par contre très difficile de comprendre comment ces objets fonctionnent vraiment, à un niveau plus profond. Car si un mode d'emploi clair et l'apprentissage de quelques symboles suffisent à faire fonctionner ces appareils dont la simplicité d'utilisation croît chaque année, combien de gens sont à même de comprendre le fonctionnement intrinsèque d'un circuit intégré, d'une micropuce, d'un traducteur automatique, d'un procédé de tri de données, d'un affichage d'image ou d'un calcul binaire.? Oui, des milliers d'ingénieurs, constructeurs et programmeurs, bien sûr, mais proportionnellement à la population, cela fait très peu de monde.

Certaines applications informatiques restent très entourées de mystère, semblant parfois aboutir par magie à un résultat époustouflant. Magie, résultats sublimes issus d'un travail laborieux, mystère protégé par copyright... L'analogie est facile. Il arrive alors parfois qu'une réussite technologique en informatique utilise l'Alchimie comme vitrine.

Ainsi en va-t-il d'Alchemy API, une société fondée en 2009, entretemps rachetée par IBM, ayant développé une technologie de deep learning, en l'occurrence un logiciel d'analyse d'images fonctionnant au travers de plusieurs couches successives, à l'instar de ce que fait le cerveau lorsqu'il traite les informations visuelles. En une fraction de seconde, le logiciel est capable d'analyser une image et de nommer les différents éléments qui la constituent.
Ensuite, par comparaison avec une riche base de données (correspondant à notre mémoire), le système peut pousser très loin l'analyse et l'identification de ce qui est perçu. En intégrant ces nouveautés dans ses propres projets, IBM a pu mettre au point un système d'aide à l'interprétation d'imagerie médicale en oncologie, mais bien d'autres applications sont possibles comme l'identification de visages, l'aide aux malvoyants, la voiture automatique, l'identification de comportements à risque, etc.
avatar
Henri Schersch

Messages : 38
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'Alchimie dans le silence

Message  Bruce Hellaire le Lun 5 Oct 2015 - 8:53

Les commerçants ont un talent certain pour utiliser le mot Alchimie pour vendre tout et n'importe quoi, y compris du vent. Dans l'article repris ci-dessous, il s'agit d'une conférence sur... le silence !

Parler est un moyen pratique pour communiquer avec nos semblables, mais parler pour ne rien dire est, dit-on, un vilain défaut. Présenter en public un monologue d'une heure sur le silence est a priori comique, même si le sujet mérite débat puisque nos non-dits, nos mimiques, nos incapacités à répondre à une agression verbale sont autant de modes d'expression qui, décodés, en disent bien plus qu'il n'y paraît. Le silence intérieur ouvre aussi à des états de conscience riches, susceptibles de relier l'humain à l'indicible. Mais de là à récupérer le nom de l'Art Sacré pour intituler cette causerie sans grand rapport avec cette noble science, voilà qui interpelle !

Cet amalgame eut lieu dans la petite ville belge de Namur (petite, mais néanmoins capitale de la Wallonie), le mardi 13 octobre 2015, dans le prestigieux Palais provincial, dans le cadre des cours organisés par la non moins prestigieuse Académie royale de Belgique où se pressent nombre de personnalités de talent.

L'alchimie du silence
Mardi 13/10/2015 – 17h00 – Palais provincial de Namur
par Nicolas Monseu
Responsable académique : Dominique Lambert

L’usage et la pratique du langage occupent une place importante dans la vie de l’être humain. A tel point que les philosophes ont souvent insisté sur le fait que la parole est le propre de l’homme et que son essence réside en ceci qu’il est un être vivant qui parle. Ce pouvoir de parler et d’exprimer par le langage donne à l’être humain d’être porteur du logos.
.
Mais si le fait de «.parler.» est une dimension de l’expérience humaine, il ne l’épuise pas pour autant.: le rapport au monde, aux autres et à soi s’accomplit aussi dans des moments où l’homme se défait de la parole, c’est-à-dire dans des moments de retrait ou d’abstention, de réserve ou de «.suspension.» dans lesquels l’être humain arrête de parler et se tait. Notre expérience est ainsi faite, à la fois, de mots et de silence. Le silence peut être craint ou recherché, il peut susciter l'angoisse ou être forcé par l'expérience sensorielle de la surdité, trop oubliée par les philosophes.
.
Quoi qu'il en soit, dans une société envahie de toutes parts par tant de bruits et d'images, le rapport au silence devient une épreuve intérieure qui confronte l'être humain à lui même et à l'indicibilité de sa présence à soi et au monde. C'est peut-être là que réside toute l'alchimie du silence .: avec lui se met en œuvre un moment de suspension qui ouvre un passage vers ce qu’il y a de vivant en nous et qui transforme profondément le sujet qui en fait l'expérience. L'objectif de cette leçon est ainsi d'interroger les différents enjeux de cette capacité de silence.
avatar
Bruce Hellaire

Messages : 16
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'Alchimie en polémologie

Message  Henri Schersch le Dim 6 Déc 2015 - 14:15

Quoi de plus pervers qu'utiliser le nom de l'Art sacré pour justifier la guerre ? Faire passer le mal pour le bien, le machiavélisme pour l'angélisme, tel est le tour de force réalisé par cet auteur qui propose une biographie d'un chantre de la stratégie militaire sous ce titre aguicheur et vendeur. Alex Danchev raconte en 370 pages la vie de Basil Liddell Hart (1895 – 1970), historien de l'art, officier d'infanterie durant la 1ère Guerre Mondiale et stratège novateur, lui-même auteur de biographies militaires. Son idée principale, l'approche indirecte, était inspirée des théories du général français Estienne et insistait sur le harcèlement de l'ennemi au niveau de l'intendance, la désorganisation des centres de commandement, puis du contournement éclair plutôt que l'attaque frontale. Très écouté par l'Etat-Major anglais, il était aussi adulé par certains généraux nazis qu'il rencontra.

Qu'un tel livre existe, rendant hommage à un penseur brillant et éclectique, n'est pas un problème. Par contre, user du terme d'alchimiste pour caractériser un personnage qui est à l'opposé des valeurs de l'Alchimie en est un.: celui de la perte du sens des mots, de l'inversion des valeurs, du galvaudage des termes appropriés. Ce titre faisant allusion à l'Alchimie glorifie le personnage, mais de ce fait, en retour, c'est l'Alchimie qui s'en trouve ternie et dévaluée.
avatar
Henri Schersch

Messages : 38
Date d'inscription : 03/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Alchimie dans l'art de la vente

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum